vendredi 27 janvier 2017

Presse : Tournée du cirque Borsberg en Normandie : "Sans les animaux, c'est inenvisageable"


Karl Borsberg, directeur du cirque de Normandie, commence sa tournée le mardi 7 février 2017 à Aunay-sur-Odon (Calvados).
 Photo : 

Karl Borsberg, directeur du cirque de Normandie, commence une tournée de plus de six mois dans toute la région. Son spectacle sera jouée dans 80 villes, à commencer par Aunay-sur-Odon (Calvados) le mardi 7 février 2017. Il a répondu à nos questions. 
Karl Borsberg est le directeur du cirque de Normandie qui commence une tournée dans toute la région. Le spectacle sera joué dans 80 villes d'ici le 12 novembre 2017. Premier rendez-vous mardi 7 février 2017 à Aunay-sur-Odon (Calvados). Interview. 

Quel est votre métier, comment vous qualifiez-vous ?

"Mon métier c'est directeur du cirque, je gère toute l'organisation du cirque en tournée. Je gère également le cirque de Noël à Caen (Calvados). Je suis arrivé au cirque par passion, alors que je ne suis pas du tout issu d'une famille du cirque. Ma famille est sédentaire, mais dès 6 ans, en allant voir des spectacles ça m'a fasciné et je me suis passionné pour ces spectacles. J'ai toujours eu en tête et envie d'être un jour directeur de mon propre cirque. J'ai d'abord choisi de suivre de nombreux cirques prestigieux pour me former. Maintenant mon rôle est de faire tourner le cirque, de trouver les nouveaux spectacles car le cirque Borsberg propose un nouveau spectacle chaque année, en tournée et également pour l'hiver."

Quelle est selon vous la meilleure formation pour faire votre métier ?

"Je pense que le meilleur moyen de se former c'est d'apprendre sur le tas. C'est ce que j'ai fait, je n'ai pas suivi d'école de cirque, j'ai fait l'école du cirque de la vie directement. C'est forcément plus difficile, mais c'est également là que l'on apprend le plus, avec la vie au quotidien. Le cirque ça n'est pas seulement le spectacle, c'est aussi toute la vie à côté : les voyages d'une ville à l'autre, monter les chapiteaux, s'occuper des animaux. C'est tout ce qu'il y a autour puisque le spectacle ne dure qu'une heure et demi dans une journée."

Aujourd'hui, quels artistes et animaux avez-vous sous votre responsabilité ?

"Nous n'avons pas d'animaux sauvages, mais uniquement des animaux domestiques. À savoir la cavalerie composée de quatre chevaux, les animaux de la ferme, les chameaux, dromadaires, lamas. Notre volonté est de conserver le cirque traditionnel avec un cirque animalier. Ça devient de plus en plus difficile maintenant mais nous tenons à garder cette tradition ayant grandi avec les animaux. Pour moi le cirque ne peut s'envisager sans les animaux, tout comme les clowns, les acrobates, les magiciens, les funambules. On n'a pas l'habitude de voir de la haute voltige sur les pistes françaises, encore moins sous de petits chapiteaux comme le nôtre. Nous avons également des numéros de sangles aériennes, et bien d'autres choses à découvrir."

Combien de spectateurs votre chapiteau peut-il accueillir ?

"Le chapiteau peut accueillir un maximum de 600 places assises dans un décors coquet et très bien chauffé. Nous voulons rester à taille humaine, que les artistes restent proches des spectateurs pour avoir un bon contact et ressentir les sensations de chacun pendant le spectacle."

Quelle est votre spécialité dans le cirque ?

"Je présente le spectacle, je suis le monsieur Loyal qui anime la scène. En plus de cette fonction, je présente les numéros avec les animaux. Je leur fais faire des petites figures en liberté afin de réaliser des petits numéros."

Que souhaitez-vous transmettre à travers le cirque ?

"Nous souhaitons continuer à apporter du rêve au public quel que soit l'âge. Nous tournons dans beaucoup de petites villes, de petits villages, avec un spectacle toujours renouvelé et de qualité. Notre métier consiste à faire rêver, même si ça n'est qu'un instant, c'est toujours ça de pris dans une vie."
Pratique. A partir du mardi 7 février 2017, à Aunay-sur-Audon. Tarifs: 10 € en gradin, 15 € en loge, gratuit pour les -2 ans.
Source : la manche libre